Mais je veux y croire

Si vous pensez que tout se déglingue
Que cette Terre part en brioche
Laissez-moi accrocher une épingle
Sur le veston de vos gosses
Une épingle et un ruban bleu
Pour dire que l’on peut trouver mieux
Mieux qu’une forêt d’idées noires
Dans le couloir de nos trajectoires
Mais c’est vrai que le vide nous guette
Fragile équilibre sur le rebord des sombres oubliettes

Mais je veux y croire, croire
Que l’on peut changer le cours de l’histoire
Et faire de la Terre, un paradis à refaire

Si vos fauteuils n’ont plus d’accoudoir
Que tout est minutieusement compté
Des provisions dans les tiroirs
Aux notes d’électricité
Si le sommeil sur le fil du rasoir
A perdu ses rêves nourriciers
Des rêves faits pour même pas le quart
Le quart de la majorité
Mais c’est vrai qu’on est pris pour des poires
Que ça sent le moisi dans les cales du bastringue à César

Mais je veux y croire, croire
Que l’on peut changer le cours de l’histoire
Et faire de la Terre, un paradis à refaire

Si le plaisir devient illusoire
Devant les pubs de la télé
Que vos gamins filent dans le soir
Sous les réverbères cassés
Pour dessiner l’ombre d’un monde
Là où l’envers est à l’endroit
Là où les fleurs poussent sur les tombes
De ceux qui n’ont plus de toit
Même si c’est vrai, tapissons l’espoir
Sur les murs du couloir de nos trajectoires

Car je veux y croire…

« Revenir à la liste des textes