Madame Martin

Les chats du 16 ième ronronnent sur de moelleux sofas
Ventrus, repus de tendresse et nourris au Shéba
Pendant qu’à l’autre bout de la ville, dans des zones oubliées des rois
Madame Martin éduque seule ses enfants dans son F3

Madame Martin
Donnez-moi la main
Je vous invite au bal

Autour c’est le bruit et la crasse jusqu’aux portes de l’école
Et ces bandes de gamins désœuvrés que plus rien n’affole
Elle s’est jurée d’offrir aux siens la chance d’étudier
Et elle tire le diable par la queue, chaque jour que Dieu fait

Madame Martin
Donnez-moi la main
Je vous invite au bal

Parfois le courage s’éloigne et le temps semble si long
Du haut du 20 ième étage de cette tour en béton
Elle rêve, rêve, d’un jardin fleuri qui mène à la maison
Les yeux fixés vers le large, large, le bleu de l’horizon

Madame Martin
Donnez-moi la main
Je vous invite au bal

« Revenir à la liste des textes